MIGRATION RESEARCH FOUNDATION

BIRDATHON 2011 - Marcel Gahbauer
Observation des oiseaux du sud du Québec avec les Raven-Loon-a-Tits

Après quelques années à faire mon Birdathon en grande partie en marchant, j'ai décidé de viser plus grand cette année. En 2005, j'ai fait mon Birdathon avec un groupe (Les Raven Loonaticks) en espérant battre le record du plus grand nombre d'espèces d'oiseaux observées en 24h au Québec, record qui était de 166 à l'époque. Nous étions arrivés juste en dessous avec 160 mais, nous avons eu beaucoup de plaisir en visitant une variété d'habitats, en particulier de grandes forêts et des marais. Depuis ce temps, une équipe québécoise a réussi 175 espèces. Les bonnes circonstances ce printemps on permit à 3 membres de notre équipe originale (moi, David Bird et Rodger Titman) et une nouvelle recrue (Simon Duval) de se réunir pour faire un Birdathon  et essayer une nouvelle fois de battre le record, sous un nom un peu différent, les Raven-Loon-a-Tits.

 

Trois membres de notre équipe (Simon Duval, Marcel Gahbauer, David Bird) marchant vers le stationnement à Baie-du-Febvre, souriant en anticipant atteindre le plateau des 100 espèces (nous étions à 97 à ce moment, et nous savions qu'un champ remplit de limicoles nous attendait)
(Photo par Rodger Titman)

Il y a eu des précipitations record de pluie dans le sud du Québec, particulièrement en mai. Ce n'était donc pas une surprise que la pluie était dans les prévisions pour les 2 possibles journées que nous avions choisis. Après plusieurs discussions, nous avons décidé d'essayer la première des 2 journées, lundi le 23 mai. Nous nous sommes rencontrés chez Rodger autour de 22:00 pour quelques ajustements de dernière minute. À 23:30, nous étions en route vers l'Île Bizard, pour être à l'intérieur du parc pour le début à minuit.

Bien évidemment, en route vers l'Île Bizard, la pluie s'est intensifiée. Nous avons revêtu nos habits de pluie, des pieds à la tête et nous nous demandions si nous n'étions pas un peu fou! Par contre, les oiseaux des marais ne sont pas dérangés par la pluie, et après quelques minutes, nous avons déjà entendu le Troglodyte des marais, Canard colvert, Bernache du Canada and Gallinule poule-d'eau. En continuant vers la forêt, le couple de Chouette rayée nous a fait une belle démonstration de leurs cris. Sur notre chemin du retour, nous avons atteint un total de 11 espèces avec le Butor d'Amérique, Râle de Virginie, Marouette de Caroline, Bruant des marais, Canard branchu et à la dernière minute, le Grèbe à bec bigarré.

a dernière fois, nous avions choisis Tremblant comme deuxième arrêt et bien que l'endroit était remplit d'espèces boréales, il s'agit d'un endroit éloigné par rapport à nos autres arrêts. Cette année, nous avons décidé de faire un arrêt par le Parc de la Mauricie, un peu plus loin de Montréal mais plus près d'autres bons endroits donc nous moins de perte de temps durant le jour. Par contre, Rodger était le seul de notre équipe à avoir déjà visité le parc. Nous avions donc des connaissances limités surtout grâce aux échanges de Simon avec quelques ornithologues de la région. Nous savions que nous allions devoir se baser sur nos connaissances des habitats des oiseaux.

Nous sommes arrivés au parc durant la nuit, après avoir ramassé notre espèce #12 en chemin, un Moineau domestique qui chassait les mouches près des lumières d'une station-service sur l'autoroute 40! La pluie nous a accompagné durant notre voyage vers le parc, en alternant entre les averses et la pluie intense. Nous nous sommes arrêtés dans le stationnement Mekinac autour de 3:30, espérant pouvoir faire une petite sieste avant le début des chants matinaux mais les oiseaux avaient en tête d'autres plans pour nous. Un Bruant à gorge blanche chantait juste après notre arrivée puis juste avant 4:00, nous nous sommes rendu compte que nous étions atterris sur un territoire de Bécasse d'Amérique. La combinaison d'un terrain ouvert et la jeune forêt atour en font un endroit très attrayant pour cette espèce. Nous n'espérions pas mieux et d'avoir eu la chance de les entendrais durant plusieurs minutes et même voir quelques individus marchant dans le stationnement fut un des bons moments de la journée.

Alors que le jour approchait, la pluie intermittente affectait définitivement le chant des oiseaux. Le nombre d'espèces c'est quand même mis à grimper rapidement. Au même stationnement, nous avons ajoutés Plongeon huard, Troglodyte des forêts, Grive fauche, Grive à dos olive, Merle d'Amérique, Paruline à joues grises et même un Garrot à œil d'or en vol au dessus de nos têtes, identifiés par le sifflement de ses ailes. Au cours des heures suivantes, nous avons fais plusieurs arrêts sur le chemin principal du parc où l'habitat semblait adéquat, portant notre compte à 47 espèces à 6:00, un bon départ considérant la pluie qui tombait toujours. Durant cette partie, nous avons ajoutés 12 espèces de pauliens, incluant notre seul Paruline du Canada de la journée, quelques Paruline des pins et plusieurs Paruline à collier, très commun dans le parc

 

Paruline à collier, une des plus communes parulines dans l'est du Parc de la Mauricie.

Nous sommes allés au Lac Édouard où nous avions entendu que le Mésangeai du Canada fréquentait souvent l'aire de restauration mais nous ne l'avons malheureusement pas trouvé. Il semble que le Mésangeai soit assez intelligent pour savoir que personne ne mangerait si de bonne heure le matin. Nous avons par contre ajoutés un Pic flamboyant qui tapait sur une poubelle de métal, ainsi qu'un Grand corbeau et notre premier Chardonneret jaune. Un autre arrêt plus loin nous a permis d'ajouter un superbe mâle Paruline à gorge orangée.

Alors que nous progressions dans le parc, nous avons ajoutés de belles espèces comme le Bec-croisé bifascié ainsi qu'un couple de Fuligules à collier mais la découverte de nouvelles espèces ralentissait et les espoirs de sortir du parc avec 80-100 espèces s’estompaient. Nous sommes arrêtés par l'Ile-aux-Pins et nous nous demandions si cela valait la peine de prendre le chemin de 250 mètres jusqu'au petit belvédère, une chance que nous avons décidé d'y aller! Alors que nous regardions le paysage brumeux et que nous nous disions à quel point cela doit être un bel endroit lorsque dégagé, nous avons entendu nos seuls Moucherolle à ventre jaune, Paruline tigrée et Piranga écarlate de la journée, ainsi que notre premier Moucherolle tchébec. Alors que nous quittions le parc, nous avons ajoutés le Martin-pêcheur d'Amérique et le Moucherolle des aulnes, pour un total de 65 espèces. Bien que cela soit plus bas que nous l'aurions souhaité, nous avions toujours plusieurs espèces communes à trouver comme le Pic mineur et le Jaseur d'Amérique et nous pensions qu'elles seraient faciles à trouver plus tard, nous avions torts!

Notre prochain arrêt fut juste en dessous du pont Laviolette. Un des Faucons pèlerins résidants sous le pont n'a pris que quelques minutes pour se montrer et nous avons aussi ajoutés d'autres espèces faciles au parc juste à côté comme le Tyran huppé, Paruline jaune, Vacher à tête brune. Nous avions déjà ramassé quelques oiseaux noirs et un Pigeon biset en chemin. Nous étions très heureux que la pluie ait finalement cessée, bien que le ciel était toujours couvert.

Nous étions maintenant en route vers Baie-du-Febvre, un endroit fantastique composé principalement de champs inondés et de marais. En seulement 90 minutes, nous avons ajoutés 40 espèces et les belles surprises étaient nombreuses. Un nuage impressionnant de Guifette noire était en mouvement constant au dessus des 2 étangs de la route Janelle. Il devait y avoir plus de 100 individus, en plus d'autres dans des marais tous près. Dans ces 2 même étangs, nous avons observés 2 raretés pour le sud du Québec, un Harelde kakawi et un Grèbe jougris. Nous avons aussi ajoutés Canard souchet, Fuligule à tête rouge et Érismature rousse. Dans le marais principal, nous avons ajoutés Foulque d'Amérique, Petit blongios et Chevalier grivelé. Nous avons aussi aperçu un autre Faucon pèlerin perché dans un arbre au loin. En continuant notre chemin sur la route Janelle, nous avons trouvés un petit groupe de limicoles incluant Pluvier argenté, Pluvier bronzé, Bécasseau semipalmé, Bécasseau minuscule, Bécasseau à croupion blanc, Bécasseau variable, Tournepierre à collier et Pluvier semipalmé. Nous avons aussi observés un peu plus loin un Bihoreau gris, 4 Pygargues à tête blanche, ainsi qu'un bon nombre d'Oie des neiges.

 


Parmi les surprises à Baie-du-Febvre, un Grèbe jougris (ci-haut) et un bon nombre d'Érismature rousse (ci-bas)
.

 

Nous nous sommes ensuite dirigés vers Chambly en ajoutant quelques espèces comme le Balbuzard pêcheur, l'Urubu à tête rouge et l'Hirondelle des rivages. Nous avons par contre noté que la force du vent augmentait beaucoup et nous avions peur que cela affecte notre habileté à détecter les oiseaux. Notre prochain arrêt était le Fort Chambly où nous espérions trouvés hirondelles et canards. Ce que nous n'avions pas prévus, c'est que la route serait inondée! Le lac Champlain a atteint des niveaux records il y a quelque semaines et la rivière Richelieu est plus haute que jamais mais nous n'avions pas pensé que les niveaux serait si élevés, si au nord. Après avoir traversé un endroit où la route était inondée, nous avons dû faire un tour vers l'ouest pour ensuite revenir vers Chambly. Les conditions difficiles ont rendus l'observation sur le bassin de Chambly très dur mais nous avons quand même réussi à trouver une Mouette de Bonaparte ainsi que quelques Hirondelles à ailes hérissées pour un total de maintenant 123 espèces.

 


Un signe (haut) nous indiquant les inondations et une meilleure vue de nous essayant de traverser une route inondée par la rivière Richelieu
.

 

Nous avions planifié un arrêt à la Réserve Maurice-Raymond mais nous avons dû abandonner l'arrêt à cause des niveaux d'eau trop élevé. Nous avons donc continué notre chemin le long du Richelieu et avons pu constater l'ampleur des inondations. À toutes les rues, des autos étaient stationnés une en arrière de l'autre. Il s'agissait de propriétaires dont les maisons étaient inondées. Ils devaient y avoir des centaines d'autos stationnées sur ces rues. Le vent était tellement puissant qu'il y avait des remous sur les champs inondés. Nous avons ajoutés quelques espèces comme le Canard d'Amérique et un Héron vert et merci à Dave qui regardait la route alors que nous regardions les champs, un Cardinal rouge est passé devant l'auto. C'est vraiment la puissance de la rivière qui nous a fait la plus grande impression.

 


Des autos stationnées le long d'une route (haut) ainsi que les remous sur les champs inondés (bas)
.

 

Nous avions quittés la vallée du Richelieu vers 15:30. Nous avions sauvés du temps en abandonnant la Réserve Maurice-Raymond, nous avons donc décidés d'explorer les routes du sud du Québec un peu plus que nous l'avions planifié. Nous sommes passés par Hemmingford, ensuite Covey Hill puis avons arrêtés à la Réserve écologique du Pin Rigide. Nous avons vu une grande diversité d'habitats mais malheureusement le vent était toujours très puissant et nous avons donc manqués plusieurs espèces. C'était encore plus surprenant car nous n'avions toujours pas vu des espèces faciles pour ce genre d'habitat. Nous avons graduellement rattrapé quelques espèces comme le Troglodyte familier, Cardinal à poitrine rose et Oriole de Baltimore

Autour de 18:00, nous avions atteint la route Gowan, qui passe au travers d'une superbe forêt mature et est reconnu pour être un des bons endroits pour l'observation des oiseaux dans le sud du Québec, surtout pour des raretés comme le Viréo à gorge jaune et la Paruline à ailes dorées. Notre chance nous fessait encore défaut bien que nous avons ajoutés le Pioui de l'Est pour un total de 134 espèces. Nous étions d'accord que le site doit être bien meilleur tôt le matin alors que tous les oiseaux chantent mais on doit toujours choisir certains endroits au profit de d'autres.

 

Une belle arche naturelle formée par les arbres à la fin de la route Gowan.

Un autre des bons endroits autour est la Montée Biggar, avec des habitats remplis de petits buissons et quelques forêts de feuillus. La dernière fois que j'avais visité ce site, c'était il y a plus de dix ans. Nous nous sommes donc fier à Google Maps pour nous guider mais grâce à deux routes parallèles Chemin Ridge à moins de 10km, nous avons fais un petit détour par Athelstan. Ce n'était pas pour rien car nous avons ajoutés un trio de Martinet ramoneur grâce aux oreilles aiguisées de Rodger. Arrivé à Montée Biggar, nous avons ajoutés rapidement plusieurs espèces comme la Bécassine des marais, le Bruant sauterelle et un peu plus loin, la Paruline à ailes dorées. Nous savions que nous manquions alors d'autres espèces faciles ici comme le Tohi à flancs roux et le Bruant des champs.

Nous avions seulement 1 heure de soleil restant et nous avons décidé de visiter les marais de Dundee à l'extrême sud-ouest de la province, sur le bord du Lac St-Francois. En route, nous avons ajoutés finalement une Buse à queue rousse. Les rapaces ont été très durs à trouver durant toute la journée donc nous étions contents de trouver un des plus communs. Alors que nous marchions le long de la digue, un Pic chevelu dans les saules est devenu notre #140. Nous avons ensuite pu observer un couple de Grue du Canada (rare dans le sud du Québec) qui niche dans le marais. Juste comme le soleil se couchait, nous avons entendus le chant d'un Moqueur chat, pour finir notre liste avec 142 espèces. Nous étions donc très loin du record et comme la pluie recommençait, nous avons décidé de retourner à la maison au lieu de tenter notre chance pour d'autres espèces de hiboux.

 

Les autres Raven-Loon-a-Tits en action, cherchant des limicoles
(de gauche à droite: Simon Duval, Rodger Titman, David Bird).

Bien que nous sommes arrivés très loin de notre but, nous avons passé une superbe journée. Nous sommes revenus avec plusieurs bons souvenirs dont le chant des Bécasse d'Amérique, le couple de Chouette rayée qui se répondait au beau milieu de la nuit, le nuage de Guifette noire à Baie-du-Febvre et le mélange d'espèces boréales au belvédère de l'Ile aux Pins. Nous avons aussi découvert des endroits nouveaux que nous visiterons certainement à nouveau. Peut-être que les Raven-Loon-a-Tits vont ré-essayer de battre le record dans les prochaines années. Un gros merci à tous ceux qui nous ont fait des dons pour notre Birdathon en support à l'Observatoire d'Oiseaux de McGill.

Québec Birdathon, 23 mai 2011 --- Liste des èspeces

Grèbes et Plongeons (3) Galliformes (1) Viréos (3) Warblers (continued)
Plongeon huard Gélinotte huppée Viréo à tête bleue Paruline bleue
Grèbe jougris   Viréo mélodieux Paruline à croupion jaune
Grèbe à bec bigarré Limicoles (13) Viréo aux yeux rouges Paruline à gorge noire
  Pluvier argenté   Paruline à gorge orangée
Cormorans (1) Pluvier doré Corvidae (3) Paruline des pins
Cormoran à aigrettes Pluvier semipalmé Corneille d'Amérique Paruline à poitrine baie
Pluvier kildir Grand Corbeau Paruline rayée
Hérons (5) Chevalier grivelé Geai bleu Paruline noir et blanc
Butor d'Amérique Grand Chevalier   Paruline flamboyante
Petit Blongios Tournepierre à collier Hirondelles (6) Paruline des ruisseaux
Grand Héron Bécasseau semipalmé Hirondelle bicolore Paruline couronnée
Héron vert Bécasseau minuscule Hirondelle à ailes hérissées Paruline masquée
Bihoreau gris Bécasseau à croupion blanc Hirondelle à front blanc Paruline du Canada
Bécasseau variable Hirondelle rustique  
Sauvagines (15) Bécassine des marais Hirondelle de rivage Pirangas (1)
Oie des neiges Bécasse d'Amérique Hirondelle noire Piranga écarlate
Bernache du Canada      
Canard branchu Goélands et Sternes (6) Mésanges et Sitelles (3) Bruants (8)
Canard chipeau Mouette de Bonaparte Mésange à tête noire Bruant familier
Canard d'Amérique Goéland à bec cerclé Sittelle à poitrine rousse Bruant des prés
Canard noir Goéland argenté Sittelle à poitrine blanche Bruant sauterelle
Canard colvert Goéland marin   Bruant chanteur
Canard souchet Guifette noire Troglodytes et Roitelets (5) Bruant des marais
Canard pilet Sterne pierregarin Troglodyte familier Bruant à gorge blanche
Fuligule à tête rouge   Troglodyte mignon Bruant à couronne blanche
Fuligule à collier Pigeons (2) Troglodyte des marais Junco ardoisé
Harelde kakawi Pigeon biset Roitelet à couronne dorée  
Garrot à oeil d'or Tourterelle triste Roitelet à couronne rubis Icterids (6)
Grand Harle     Goglu des prés
Érismature rousse Hiboux (1) Grives (6) Carouge à épaulettes
  Chouette rayée Merlebleu de l'Est Sturnelle des prés
Rapaces (7)   Grive fauve Quiscale bronzé
Urubu à tête rouge Martinet et Martin-pêcheur (2) Grive à dos olive Vacher à tête brune
Balbuzard pêcheur Martinet ramoneur Grive solitaire Oriole de Baltimore
Pygargue à tête blanche Martin-pêcheur d'Amérique Grive des bois  
Busard Saint-Martin   Merle d'Amérique Fringillidae (7)
Buse à queue rousse Pics (3)   Cardinal rouge
Crécerelle d'Amérique Pic maculé Moqueurs (1) Cardinal à poitrine rose
Faucon pèlerin Pic chevelu Moqueur chat Roselin pourpré
  Pic flamboyant   Roselin familier
Râles et Grues (5)   Parulines (21) Bec-croisé bifascié
Râle de Virginie Moucherolles (7) Paruline à ailes dorées Tarin des pins
Marouette de Caroline Pioui de l'Est Paruline obscure Chardonneret jaune
Gallinule poule-d'eau Moucherolle à ventre jaune Paruline à joues grises  
Foulque d'Amérique Moucherolle des aulnes Paruline à collier Autres passereaux (2)
Grue du Canada Moucherolle tchébec Paruline jaune Étourneau sansonnet
  Moucherolle phébi Paruline à flancs marron Moineau domestique
  Tyran huppé Paruline à tête cendrée  
  Tyran tritri Paruline tigrée  

 


2002- The Migration Research Foundation Inc.